RC Excideuil: l’Espoir en tête

« Comment réparer le cerveau endommagé ? »

Château d’Excideuil, vendredi le 10 septembre 2021 à 20 heures.

  • Le Conférencier : Le professeur Stephen Dunnett est un chercheur anglais, reconnu dans le monde entier pour ses études pionnières du développement des thérapies de transplantation cellulaire pour des maladies du cerveau. Au cours de 42 ans, il a publié 16 livres et plus de 750 articles scientifiques dans le domaine. Il est membre de l’Académie des sciences médicales et de la «Faculté de 1000», les auteurs les plus cités en biologie et en médecine. En retraite, il habite maintenant dans le Périgord vert.
  • Les maladies courantes neurodégénératives : maladie de Parkinson, maladie de Huntington, maladie de Alzheimer, sclérose en plaques, accident vasculaire cérébral, maladies neuroendocriniennes spécifiques, lésion de la moelle épinière, maladie des motoneurones, dégénérescence maculaire.
  • Le défi : Le cerveau humain adulte ne peut pas se réparer spontanément après une blessure ou une maladie – les dommages sont donc graves, permanents et progressifs.
  • Réparation par transplantation : Il est maintenant possible de réparer le cerveau par greffes des jeunes neurones qui peuvent développer, connecter et restaurer les circuits endommagés, même dans le cerveau adulte.
  • Greffes fonctionnelles : Dans des modèles animaux de nombreuses maladies humaines, les greffes du type cellulaire exacte peuvent atténuer des symptômes de perte cellulaire. De plus, des premiers essais cliniques ont maintenant démontré une guérison durable chez un nombre limité de patients atteints de la maladie de Parkinson.
  • Un Problème : Les essais cliniques réussis utilisent à ce jour des cellules dérivées d’embryons, une source à la fois éthiquement controversée, de qualité fiable, et d’une disponibilité limitée.
  • Une résolution : Nous pouvons désormais utiliser des cellules souches comme substitut efficace des cellules embryonnaires pour traiter différentes maladies; de nouveaux essais cliniques sur les cellules souches sont actuellement en cours dans plusieurs centres à travers le monde.
  • Le rejet ? Bien que le cerveau soit «immunologiquement privilégié», il est nécessaire d’utiliser de puissants médicaments immunoprotecteurs pour les greffes de donneurs non apparentés. En utilisant des cellules souches pluripotentes induites (CSPi) on peut résoudre le problème de rejet immunologique. Alternativement, nous pouvons envisager former des banques de CSPis qui correspondent aux principaux types de marqueurs d’histocompatibilité humains.
  • L’avenir. Ces traitements ne sont pas actuellement en cours chez nous. Quand-même, on peut maintenant penser de manière réaliste à de nouvelles thérapies cellulaires disponibles dans les prochaines années pour traiter un panorama de maladies neurodégénératives en bloquant la progression continue de la maladie, en remplaçant les cellules perdues, et en réparant les circuits endommagés du cerveau.
  • Aidez-nous : Merci de soutenir l’initiative du Rotary club « Espoir en Tête » (espoirentete.org), ainsi que votre association locale de lutte contre les maladies neurodégénératives.
  • Info complémentaires : Vous pouvez me contacter pour des enquêtes générales (dunnett@cf.ac.uk). Veuillez noter que je suis un scientifique, pas un médecin, donc je ne peux donner aucun avis médical individuel. Demandez conseil à votre médecin traitant ou votre neurologue.

«  
  »