Le Rotary International en 2017-2018

Le Président élu du Rotary International, Ian H.S. Riseley, membre du Rotary club de Sandringham en Australie, a révélé son thème présidentiel pour 2017/2018 : « Le Rotary : Un impact réel » aux Gouverneurs de District entrants lors de la réunion de formation annuelle, l’Assemblée Internationale, à San Diego en Californie.

Il a souligné que les objectifs généraux du Rotary International restaient les mêmes dans le cadre des six priorités du RI et de la Fondation :

Bien entendu l’éradication de la Polio demeure l’action majeure du Rotary, même si, dès maintenant, il faut réfléchir au prochain objectif de notre organisation lorsque cette éradication sera une réalité, peut-être durant cette année rotarienne 2017-2018.

Mais il souhaite, dès maintenant, que les clubs s’engagent résolument dans deux axes fondamentaux à ses yeux :

1/il faut que l’environnement soit un axe fondamental des objectifs du Rotary en termes d’actions durables.

« La dégradation de l’environnement constitue de sérieuses menaces pour tous. Elle a un impact disproportionné sur les populations les plus vulnérables, celles pour qui le Rotary a les plus importantes responsabilités. Or, de telles questions environnementales sont rarement inscrites à l’ordre du jour du Rotary ».

La dégradation écologique est une menace majeure enregistrée par le Groupe de haut niveau des Nations Unies sur les menaces, défis et changements.

« Le temps passe et la question de la viabilité de l’environnement n’est pas considérée comme une mission du Rotary. Pourtant, c’est l’affaire de tous, et cela doit le rester. »

Le président élu a demandé à tous les Rotary clubs d’avoir un impact réel en commençant par planter un arbre (1 membre, 1 arbre) entre le début de l’année rotarienne le 1er juillet et la Journée de la Terre le 22 avril 2018. Les arbres absorbent le dioxyde de carbone et toutes les autres particules polluantes de l’air, ce qui participe à une amélioration de notre environnement. »

« J’ai l’espoir que les résultats de ces efforts auront un impact durable encore plus positif sur l’environnement que ces 1,2 millions de nouveaux arbres Je crois que l’impact le plus grand sera de voir un Rotary qui saura reconnaître notre responsabilité non seulement à l’égard des êtres humains vivant sur notre planète, mais également à l’égard de la planète elle-même. »

2/ Il faut sécuriser l’avenir du Rotary

Il recommandé aux clubs d’améliorer leur niveau de parité et de dynamiser l’âge de leurs membres.

  • a) Parité :
    Seuls 22 % des membres du Rotary sont des femmes contre 13 % il y a dix ans. Riseley a déclaré que cela prendra trois autres décennies au Rotary pour atteindre la parité.

    « Trois décennies, c’est très long pour que le Rotary reflète le monde dans lequel nous vivons. Nous avons besoin de faire de ce constat notre priorité dès maintenant.»

    Étant donné que 103 des 539 gouverneurs entrants sont des femmes, Riseley a déclaré qu’elles représentent les compétences dont a besoin le Rotary: « les dirigeantes qui aideront le Rotary à rassembler, représenter et mieux servir tous les membres de toutes les communautés. »

  • b) Âge des membres :
    Riseley affirme aussi qu’il est impératif que les clubs trouvent le moyen de devenir plus attractifs et de recruter des membres plus jeunes. Aujourd’hui, seulement 5% des membres ont moins de 40 ans, et la majorité des membres ont plus de 60 ans !
    « Imaginez ce à quoi ressemblera le Rotary dans 10 ou 20 ans si nous ne prenons pas au sérieux très vite la nécessité d’accueillir de nouveaux membres »

  • c) Le Rotary doit s’adapter à notre société :

    La société évolue, évolue très vite, les mœurs, la technologie, tout change.
    Dans la foulée du dernier C.O.L., les clubs ont la possibilité réglementaire d’adapter leur fonctionnement à ces évolutions : rien n’est obligatoire, tout dépend de leur autonomie et de leur analyse de leur environnement.
    « Les clubs auront un impact cette année en prenant leurs propres décisions, mais cela va demander un travail de groupe à grande échelle pour que le Rotary évolue et sécurise son avenir. »
    Ce travail est commencé dès maintenant au niveau international.
    « Nous savons que tout ce que nous pouvons faire ensemble vaut plus que ce que nous pourrions espérer pouvoir faire seul », a-t-il déclaré aux nouveaux gouverneurs. « Je vous demande de toujours maintenir cet esprit d’équipe et de coopération, et de toujours l’appliquer au sein de vos districts. »

Le Président RISELEY avec Bernard DECORPS Gouverneur 2017-2018 du District 1740.

En résumé :

Objectifs 2017-2018 du ROTARY

    Objectifs pour la priorité 1 – Soutenir et renforcer les Clubs

  1. Augmenter le nombre de Rotary clubs et de districts qui élaborent et mettent en œuvre des plans stratégiques efficaces.
  2. Augmenter le nombre de clubs obtenant la Citation présidentielle.
  3. Améliorer la diversité (âge, sexe, ethnicité et profession) de l’effectif des clubs.
  4. Augmenter l’effectif en attirant et en impliquant des jeunes professionnels, des Anciens, des entrepreneurs, des travailleurs indépendants et des jeunes retraités.
  5. Objectifs pour la priorité 2 – Cibler et intensifier l’action humanitaire

  6. Honorer notre promesse faite aux enfants du monde entier d’un monde exempt de polio.
  7. Améliorer les connaissances et l’implication des Rotariens et des Anciens dans la Fondation Rotary en faisant la promotion des actions dans les six axes stratégiques.
  8. Augmenter les contributions aux Fonds annuel (au travers de la promotion d’1 don, chaque année) et de dotation (pour atteindre l’objectif de 2,025 milliards d’ici à 2025) de la Fondation Rotary.
  9. Augmenter le nombre de clubs fixant leurs objectifs de collecte de fonds, d’actions et d’activités dans Rotary Club Central.
  10. Objectifs pour la priorité 3 – Améliorer l’image du Rotary et sensibiliser le public

  11. Présenter la portée des efforts humanitaires du Rotary en collectant des données sur le nombre d’heures et de contributions que les clubs y consacrent.
  12. Distribuer des ressources aux clubs et aux districts afin de promouvoir l’impact des efforts humanitaires du Rotary sur le monde.
  13. Promouvoir le rôle du Rotary dans l’éradication de la polio et les plans de la Fondation Rotary pour son second siècle à faire le bien dans le monde.
  14. Encourager les clubs et les districts à promouvoir le Rotary dans les médias.

Ian RISELEY a insisté aussi très fortement sur la nécessité pour les clubs d’agir pour la préservation de l’environnement. Il souhaite, en particulier, que chaque club s’engage à planter au moins un arbre par membre, soit localement, soit dans un pays qui a souffert de la déforestation, et ce avant le 22 avril 2018.