Le RC Gueret se mobilise …………

Le Rotary Club de Guéret se mobilise pour le soutien de l’éducation thérapeutique des malades ayant fait un AVC

Les Rotariens de France sont mobilisés pour la recherche sur le cerveau depuis 2005, avec l’opération Espoir en tête.
Lorsqu’en 2005 les gouverneurs du Centenaire ont décidé de faire une action nationale, c’est vers la recherche fondamentale des maladies du cerveau qu’ils ont mobilisé les 34 000 rotariens de France. Ils ont ouvert un partenariat avec la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC)
Trois raisons principales avaient guidé leur choix :
– Fêter le Centenaire avec une opération d’intérêt public significative, orientée vers une population qui ne cesse de croître.
– Communiquer sur cet événement en valorisant l’image du Rotary
– Faire connaître et partager les valeurs du Rotary à de potentiels rotariens et permettre ainsi un renouvellement des effectifs.

Le Rotary Espoir en Tête finance directement avec la FRC des projets scientifiques transversaux, portant sur l’amélioration des connaissances globales sur le cerveau, son fonctionnement et ses dysfonctionnements. De cette façon, les découvertes à venir peuvent être issues de tous les centres d’excellence en France et bénéficier à plusieurs pathologies.

Au Rotary Club de Guéret nous nous sommes orientés vers la partie «aval» de cette recherche sachant que l’axe du Rotary Espoir en Tête est la partie «amont» de cette recherche, puisque recherche fondamentale.

Cette partie aval de cette recherche se tourne vers l’éducation thérapeutique du patient (ETP). Ce terme barbare s’avère salvateur dans le cadre des maladies chroniques. Et plus particulièrement s’il s’adresse aux patients qui ont survécu à un accident vasculaire cérébral (AVC). Comprendre sa maladie, en appréhender les conséquences et les risques… Voilà en quoi consistent ces ateliers de groupe proposés par la plupart des hôpitaux.

Augmenter les chances

Ce suivi est essentiel et surtout complémentaire des stratégies déjà déployées. Dans ses recommandations, la Haute Autorité de santé (HAS) conseille « de miser dès le départ sur l’éducation thérapeutique du patient ». Mais l’observance n’y est pas encore abordée, ou de manière occasionnelle. L’AVC est une pathologie récidivante. On compte 20 à 25 % de récidive dans les 5 ans ». Et comme l’a récemment montré une étude suédoise, arrêter le traitement préventif augmente considérablement le risque de faire un second AVC.

C’est là que l’éducation thérapeutique intervient : en échangeant régulièrement sur le vécu du traitement chronique, les chances de le poursuivre augmentent, évitant un second incident et des séquelles. De fait, l’AVC est encore la première cause de handicap acquis chez l’adulte dans le pays.

Le 24 mars dernier, le Rotary Club de Guéret a organisé un concert exceptionnel dans la chapelle de la sénatorerie où un certain nombre de solistes du Paris Symphonic Orchestra, Philippe Cuper, clarinette soliste de l’Orchestre National de l’Opéra de Paris et Andréa Constantin, soprano de grand talent ont accepté de venir se produire bénévolement pour soutenir cette belle cause.

Les fonds recueillis seront remis au Centre de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelle (CRRF) André Lalande de Noth, près de Guéret, établissement de la Fondation Partage et Vie.

La première pièce jouée était le 3ème divertimento de W.A. Mozart. Les qualités instrumentales de chacun mises au service d’une interprétation flamboyante aux phrasés amples et aux structures lumineuses… captivent le public. Les sonorités tendres partagées, la fougue commune enflammée, les nuances millimétrées, les couleurs variées…, tout fait le délice du public.

Le second morceau joué fut le quintette de W.A. Mozart pour clarinette et cordes. Cette pièce heureuse et variée a bénéficié de l’énergie communicative de Philippe Cuper. L’entente et surtout la qualité d’écoute ont été magnifiques entre les musiciens et le soliste. Nous avons pu apprécier la clarté et la simplicité et l’évidence du jeu du soliste. La sonorité de Philippe Cupper est très agréable, souple, nuancée.

L’arrivée en scène de la soprano Andrea Constantin, ravit le public enthousiaste pour la Scherza Infida de Haendel, magnifiquement maîtrisé. Impossible de ne pas être submergé par l’émotion dégagée par ce long aria profondément mélancolique. La technique vocale d’Andréa pour faire passer l’émotion en chantant pianissimo a convaincu le public par une interprétation si aboutie.

Le programme ensuite nous offrit quelques pièces de musique Klezmer pour clarinette et cordes. La musique Klezmer d’origine d’Europe centrale est d’un caractère unique : elle est un mélange de joie et de mélancolie. Philippe Cupper, à nouveau nous a ravi

Enfin, pour terminer, Andrea Constantin nous offre un Ave Maria de Caccini dont toute la force et l’émotion rempli la salle, Ce récital est empreint d’une rare émotion, et l’on voudrait en entendre plus.

Ce concert a été un vrai succès avec une salle pleine. La conjonction d’un lieu unique et des musiciens si enthousiastes et doués, est une vraie merveille, avec un public particulièrement respectueux et attentif.

«  
  »